Pourquoi les Français sont mauvais en Anglais ?

Pourquoi les Français sont mauvais en Anglais
Pourquoi les Français sont mauvais en Anglais
Avec la mondialisation, l’accès aux transports aériens facilitant les échanges internationaux, la démocratisation des voyages touristiques ou séjours d’études à l’étranger, la révolution numérique, on aurait pu croire et espérer un « réel » changement dans les comportements, les vieilles habitudes, l’apprentissage de l’anglais à l’école, une certaine désinhibition qui aurait pu engendrer des résultats significatifs concrets sur le terrain : des Français, faisant fi des vieux ancrages et laissant surgir leur plein potentiel linguistique !

Waouuh ! Quel pas de géant… Peut-être une estimation un peu trop « géante » justement ! On a le droit de rêver !
Pauvres de nous ! Nous restons toujours la risée aux yeux du monde !

Classés 25èmes au rang du classement européen, la cote a bien du mal à monter ! Les pays scandinaves ont toujours la palme en ce qui concerne la maîtrise de l’anglais :
  • le Danemark,
  • la Norvège,
  • la Suède
  • et les Pays Bas...
... Demeurent en tête de liste, suivis par les pays d’Europe Centrale tels-que l’Allemagne, la Pologne, Luxembourg ou Slovénie. Certes, les langues de ces pays ont l’avantage de faire partie des langues dites « germaniques » ce qui facilite l’adaptation à l’anglais, mais tout de même, en 2019, ne peut-on pas espérer meilleure perspective pour nous ?

Se cacher derrière multiples raisons pour ne pas se lancer en Anglais

A savoir que notre langue a des origines latines, qu’avec un alphabet identique il est fort difficile de s’obliger à prononcer des sons différents avec des intensités qui varient, que l’accent anglais n’est pas évident à comprendre, que les temps sont compliqués, que les anglais ne font pas d’efforts pour nous comprendre, que l’enseignement n’est pas adapté … et que sais-je encore ! Certes, il y a une part de vérité dans tout cela, et surtout, à force de nous le répéter, on finit par le croire ! « C’est trop dur ». Mais si nous cherchions aussi du côté de nos barrières limitantes, de nos peurs, de nos blocages intérieurs, du schéma réducteur répétitif, de l’auto-sabotage qui amenuise notre potentiel et notre confiance en soi.  

Les Français, champions des excuses pour ne pas parler Anglais

Qui est capable de dire sans hésitation qu’il a entièrement confiance en lui-même ? Notre capital « confiance », si important dans l’épanouissement de chaque être, est souvent mis à mal tout au long de notre parcours, depuis le foyer parental parfois, en passant par l’école puis au travail. La dévalorisation de l’individu le tire vers le bas et contribue malheureusement à son échec ! A force de s’entendre dire « C’est faux !, N’importe quoi !, Tu n’as rien compris !, nul ! Pourquoi tu as fait ça ?, quel idiot(e) !... on devient résigné et on entre dans l’acceptation.
 La confiance en soi ! Sujet sensible !
La confiance en soi ! Sujet sensible !

Peurs et Blocages face à l'Anglais

Il est en effet une croyance ancrée dans l’inconscient collectif qui fait résistance : celle d’être réellement nul en langues ! 
 Alors, à quoi bon faire l’effort ? Et lorsque l’on possède les dites « facilités » en anglais, elles sont vite sabotées par les moqueries des camarades de classe. Et pour faire partie du clan, il faut rentrer dans le moule ! Ne pas répondre aux codes, c’est se mettre en danger
 en quelque sorte. Moi-même je me souviens au collège, je me tenais sur mes gardes pour ne pas subir les railleries d’un groupe de « meneurs».

 J’ai de suite aimé les langues, contrairement aux maths qui ne me faisaient pas vibrer, mais dès que j’ouvrais la bouche, on savait rapidement me faire comprendre que mon accent anglais dérangeait ! Se fondre  dans la masse et éviter de se faire remarquer pour obtenir sa tranquillité ! Plus tard, nombre de mes élèves m’ont révélé qu’ils faisaient délibérément des fautes pour ne pas que leurs notes soient trop élevées au risque d’être la cible de moqueries diverses et variées. Et c'est toujours d'actualité aujourd'hui ! Ce qui fait que l’on se ramasse dans sa coquille et la peur du jugement prend naissance : Une peur paralysante qui tend à se perpétuer à l’âge adulte … Le cycle infernal ! Puis, on en a fait une espèce de « concept » dirai-je, une sorte d’héritage transmis de plein droit : la croyance légitime que les français sont nuls en anglais ! Et vous savez quoi ? On en a même fait un manuel « L’anglais pour les nuls » !! Le croyez-vous ? C’est à nous, les français, qu’il s’adresse !!! A force de nous le rabâcher, on l’incarne !! Donc, normal que l’on ne sache toujours pas parler anglais, nous sommes « les nuls number 1 » ! Pfffff ! Mais, qu'on se rassure, ce n'est qu'ILLUSOIRE ! La CLÉ de la réussite se trouve dans la connaissance des "SONS" !

L'espoir renaît lorsque l'on connaît la chanson ! Quel est le secret ? La réponse dans ce billet de blog : comment vaincre ses peurs face à l'Anglais.
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires